Mes démarches.

MES DÉMARCHES

_____________________________

Pour qu’une plaque commémorative

Soit posée au lycée de Bar-le-Duc (Meuse).

____________________

Le centenaire du lycée Raymond POINCARÉ de Bar-le-Duc.

 Dans le cadre du centenaire du lycée de Bar-le-Duc qui s’est déroulé en décembre 2007, pour immortaliser cet évènement, un ouvrage de 150 pages a été édité, qui est une compilation d’articles de presse et de comptes-rendus d’activités.

 Résidant à Paris, abonné à l’Est Républicain, je me tiens informé de tout ce qui se passe dans le département de la Meuse.

 J’avais bien en tête de proposer de faire poser une plaque commémorative se rapportant à la « Voie Sacrée » dans le hall d’entrée de l’établissement mais mon premier dossier qui a pour but de faire dénommer officiellement la route Bar-le-Duc/Moulin-Brûlé « Voie Sacrée » sur la totalité de son parcours n’ayant pas abouti, j’ai préféré ne rien proposer. Depuis les choses ont changé.

 J’adresse un courrier au Proviseur du lycée afin d’obtenir ce livre :

 Je reçois cette lettre datée du 13 mars 2009, où il est écrit :

 « Je suis le trésorier de l’association des Anciens Elèves du collège et du lycée Raymond POINCARÉ de Bar-le-Duc et, à ce tire, Monsieur le Proviseur du lycée Raymond POINCARÉ m’a transmis votre courrier ».

 « Notre association a effectivement édité un livre intitulé « regard autour du lycée Raymond POINCARÉ » à l’occasion du 150ème anniversaire de notre établissement, etc… ».

  Le 7 mai, j’adresse ce courrier au Proviseur du lycée :

 

« Meusien d’origine, passionné d’histoire, notamment de la guerre 14-18, j’ai lu avec beaucoup d’intérêt l’ouvrage « Regard autour du lycée Raymond POINCARÉ ».

 Peu de lignes retracent cette terrible période :

                 « La première guerre mondiale ».

 « Votre établissement a été le témoin de faits historiques majeurs (mais ignorés) notamment l’organisation de cette « chaîne sans fin » qui contribua à la victoire de la bataille de Verdun ».

              « Je veux parler de la « Voie Sacrée ».

 « Je me permets de vous solliciter afin de savoir si à l’intérieur du lycée, une plaque commémorative immortalise cet évènement historique ? ».

 « En espérant avoir le plaisir de vous lire…. ».

 Le 16 juillet 2012, je reçois ce courrier du :

 Préposé à l’histoire du lycée Raymond POINCARÉ

 Où je relève :

 « Monsieur le Proviseur m’a fait parvenir votre courrier du 7 mai 2012 et je profite de ce début de vacances scolaires pour y répondre ».

 « Dans l’ouvrage……..je me suis essentiellement attaché au lycée et à son histoire comme lieu d’enseignement. La page consacrée à la première guerre mondiale est forcément incomplète et on peut le regretter ».

 « Les faits historiques que vous relatez peuvent faire l’objet d’un article dans le bulletin de l’association des anciens élèves du lycée et du collège Raymond POINCARÉ de Bar-le-Duc dont je suis le trésorier. Il vous suffit que vous me le fassiez parvenir… ».

 « Pour une plaque commémorative, elle n’existe pas actuellement. Vous pouvez adresser une demande argumentée à Monsieur le Proviseur. Ce type de demande implique une décision du Conseil d’Administration du lycée. Il est sûr que l’appui d’un article par notre association sera de nature à appuyer cette demande à l’approche du centenaire de la bataille de Verdun…. ».

 Le 6 août 2012, je lui fais cette réponse :

 « Je suis d’accord pour vous adresser un article historique concernant la « Voie sacrée », mais il faudrait me dire le nombre de pages que vous pourriez faire paraître dans le bulletin de votre association et pourquoi pas dans plusieurs numéros ? ».

 « Le but de ce courrier était effectivement d’immortaliser ce fait historique par la pose d’une plaque commémorative » etc.

 Un an plus tard, il me fait cette réponse qui est datée du 5 juillet 2013 :

 « J’ai attendu près d’un an pour répondre à votre précédent courrier car je voulais avoir tous les éléments en mains pour vous éviter plusieurs courriers d’attente ».

 « De mon côté, j’ai entamé des recherches sur l’histoire du lycée pendant 1914-1918 et je suis en cours d’écriture d’une suite d’articles (je suis bien avancé). J’ai prévenu mes collègues de l’association des anciens élèves et j’ai rencontré le Proviseur du lycée pour faire le point sur cette recherche ».

 « Nous nous orientons vers une publication indépendante de notre revue pour cette période et un article de votre part y trouvera naturellement sa place ».

 « Par ailleurs, nous ouvrirons le lycée pour les journées du patrimoine de 2014. Le résultat de vos recherches pourra être présenté sous forme de panneau et éventuellement déboucher sur la pose d’une plaque commémorative (mais cela n’est pas uniquement de mon ressort et doit faire l’objet d’une décision du Conseil d’Administration du lycée ainsi que d’une recherche de financement)».

 « Sur le plan concret, j’aurais besoin d’un projet de votre article pour fin 2013 avec les références exactes de vos sources documentaires ».

 « Vous pouvez m’envoyer  l’ensemble au lycée Raymond POINCARÉ mais il est plus rapide d’utiliser mon adresse internet… ».

 Très surpris !

 Quelques semaines plus tard, le 24 septembre 2013, je lui fais cette réponse :

 « A la lecture de votre courrier du 5 juillet 2013 qui faisait suite à ma lettre datée du 6 août 2012 ».

 « J’ai la vague impression que vous avez laissé passer une année pour me répondre alors que je vous ai donné l’idée d’une publication consacrée à l’histoire du lycée au cours de cette période 14/18 par crainte que j’entreprenne ce travail ».

 « N’ayant aucune nouvelle de votre part, j’ai cessé mes recherches sur le sujet, mais je n’ai pas abandonné l’idée de la pose d’une plaque commémorative à l’intérieur de votre établissement ».

 « Le texte est prêt, d’ici la fin de l’année, je vous adresserai un dossier justifiant la pose de celle-ci au lycée de Bar ».

 « En ce qui concerne l’écriture d’un article, le thème de votre livre, c’est le lycée de Bar au cours de la guerre 14/18 alors que j’ai surtout travaillé sur l’histoire de la route » :

 « Baudonvilliers-Bar-le-Duc-Verdun en 1916 qui est devenue après la guerre la « Voie Sacrée ». Bien sûr, il est question du lycée, etc… ».

 Sans perdre de temps, il me fait cette réponse, datée du 26 septembre 2013, qui est une volée de bois vert :

 « J’ai reçu votre lettre du 26 septembre et je réponds à votre deuxième paragraphe qui m’accuse de ………..plagiat ? ».

 « J’ai conservé soigneusement tous vos courriers et votre article extrait du journal des Combattants du 3 mars 2012 ».

 « Vous n’évoquez que la « Voie Sacrée » et le lycée national (c’est sa dénomination en 1914) n’est cité que dans cette phrase » :

 « Grâce aux dispositions prises auparavant au lycée de Bar-le-Duc… ».

 « Où sont vos sources (j’ai plusieurs versions sur le lieu de signature de ces dispositions ? ».

 « Où puis-je lire que vous envisagez des recherches sur le lycée ? ».

 « Pensez-vous être le seul à travailler sur la « Voie Sacrée » le lycée et autres sujets en ces veilles de commémoration ? ».

 « Relisez mon courrier du 5 juillet 2013. Ai-je écrit que j’envisageais à titre personnel une publication ? Je m’inscris dans un travail de groupe placé sous la direction du Proviseur. J’y participe car je m’intéresse à l’histoire de mon lycée depuis plusieurs annés ».

 « D’autres collègues ont grossi l’équipe. En particulier, Monsieur …….professeur Agrégé d’Histoire, Docteur en Histoire, travaille sur une étude « scientifique » détaillée du livre d’Or du lycée. Etant fils de Colonel et lui-même Officier de réserve, il travaille dans un univers familier pour lui et ses premiers résultats sont très prometteurs ».

 « Mes propres articles concernent essentiellement la vie du lycée du côté des civiles (proviseurs, professeurs, élèves) dans ce contexte si particulier. Vos écrits me laissent penser que vous êtes plus intéressé par la chose militaire ».

 « Vous comprendrez que je n’accepte pas une accusation grossière de plagiat d’une idée non formulée. Travaillez de votre côté sur le lycée : les sources sont ouvertes à tout le monde ».

 « Vos accusations me contraignent à cesser toute relation avec vous et il est désormais inutile de m’envoyer tout article. Je vous invite à vous tourner vers le Proviseur pour vos demandes futures ».

 Après la lecture, je suis resté pantois.

 Je pensais avoir été maladroit ? J’ai relu mon courrier daté du 24 septembre 2013 et je pense avoir eu une réaction normale. C’est d’ailleurs la première fois que l’on donne suite à mon courrier un an plus tard.

 Revenons en arrière, le 7 mai 2012, je lui écrivais :

 « J’ai lu avec beaucoup d’intérêt l’ouvrage :

 « Regard autour du lycée Raymond POINCARÉ »

 Et je poursuis :

 « Peu de lignes retracent cette terrible période « la première guerre mondiale ». Votre établissement a été le témoin de faits historiques majeurs (mais ignorés) ».

 Plus d’un an plus tard, le préposé m’écrit, le 5/07/2013 :

 

« J’ai attendu près d’un an pour répondre à votre précédent courrier car je voulais avoir tous les éléments en main pour vous éviter plusieurs courriers d’attente ».

« De mon côté, j’ai entamé des recherches sur l’histoire du lycée pendant 1914-1918 et je suis en cours d’écriture ».

 « Nous nous orientons vers une publication indépendante de notre revue… ».

 Dans aucun de mes courriers, je n’ai parlé de plagiat, alors que je lui ai écrit, le 24 septembre dernier, ceci :

 « J’ai la vague impression que vous avez laissé passer une année pour me répondre alors que je vous ai donné l’idée d’une publication consacrée à l’histoire du lycée au cours de cette période 14/18, par crainte que j’entreprenne ce travail…. ».

 J’ai effectué des recherches historiques sur le lycée.

 Contrairement à ce que j’ai écrit au préposé, j’ai effectué des recherches afin d’écrire l’histoire de celui-ci.

 J’ai préparé le texte à faire figurer sur une éventuelle plaque commémorative concernant le point de départ de l’histoire de la « Voie Sacrée »(comme nous venons de le voir).

 Mais je n’interviendrai plus auprès du Proviseur, je mets le dossier de côté et je ne donne pas suite à cette lettre.

 C’est pour cette raison que j’ai décidé d’intervenir sur internet ; ce dossier ne peut pas rester ignoré.

 Christian BOULAY

 

Ajouter un commentaire
 
×