Le Conseil Général - 1 -

LE CONSEİL GÉNÉRAL DE LA MEUSE

EST A L’ORİGİNE

DES QUİNZE KİLOMÈTRES MANQUANTS

DE LA « VOİE SACRÉE » ?

_____________________________

 Bar-le-Duc et Verdun veulent leur borne commémorative.

___________________

 A Bar-le-Duc on lui retire 15 kms

Verdun lui rajoute 8 kms.

___________________

 L’HİSTOİRE EST BAFOUÉE.

___________________

 Dans le but de rétablir la vÉrİtÉ :

 Le 04 février 2005.

 J’écrivais, ceci, à Christian NAMY, Président du Conseil Général de la Meuse :

 << Comme nous venons de le voir, le point de départ de la « Voie Sacrée » se situe, non pas à Bar-le-Duc, mais à Baudonvilliers au kilomètre 0.

 Puis-je me permettre une petite suggestion ?

 Etant donné qu’il n’y a plus de borne monumentale portant le kilomètre 0,920 sur la « Voie Sacrée » afin de respecter le « devoir de mémoire » ne pourrait-on pas réparer en partie cet oubli en plaçant devant la gare de Baudonvilliers un monument qui retracerait en quelques mots l’histoire de cette route stratégique appelée par les Français « Voie Sacrée », par les Allemands la « Route infernale » ?

 Pourquoi ne pas profiter de l’année 2006, qui marquera le 90ème anniversaire de la bataille de Verdun, pour inaugurer ce monument ?

 Le Chef de l’Etat se déplacera à Verdun, pourquoi ne pas l’associer à cette manifestation ?

 En ce qui concerne les bornes qui jalonnent cette route et qui relie Bar-le-Duc, pourquoi ne pas rajouter « Voie Sacrée » tout simplement ?

 Comme, actuellement, vous vous posez la question de savoir qui de l’Etat, ou des départements doit prendre en charge cette route. Ce  serait l’occasion de réparer les erreurs commises par le passé >>.

 DANS L’ÉDİTİON DE ‘’ L’EST RÉPUBLİCAİN ‘’ DU 11/11/2005, JE RELÈVE :

 « Pour le 90ème anniversaire qui sera fêté l’an prochain, le Conseil Général a décidé de mettre les petits plats dans les grands en bâtissant un programme à la dimension de l’évènement ».

 « AVEC UN BUDGET PREVISIONNEL A LA HAUTEUR CULMINANT DE » :

« 1 514 000 € » environ 10 000 000 F.

Avec une telle somme, le Conseil Général de la Meuse ne pouvait-il pas réparer

l’erreur historique de ses prédécesseurs ?

 Aujourd’hui, personne ne sait qui est à l’origine des quinze kilomètres qui lui manquent.

 Son point de départ n’est pas Bar-le-Duc, mais Sommelonne (la gare de Sommelonne-Baudonvilliers)  qui se situe sur la route nationale 35, (aujourd’hui la D 635) entre Saint-Dizier et Bar-le-Duc.

 Cet exemple :

 Le 19 octobre 2013 :

 Monsieur Gérard LONGUET,  ancien Ministre, Sénateur de la Meuse, m’écrit ceci :

 « J’ai bien reçu votre correspondance en date du 22 octobre dernier et je l’ai lue avec attention…. ».

 « Je suis désolé de rappeler que la « Voie Sacrée » commence à Baudonvilliers. Tout le monde le sait, sauf le législateur de 1923 » etc.

 Quelques jours plus tard, le 02 décembre 2013, je lui fais cette réponse :

 << Or, le législateur à cette époque n’a fait que d’adopter, le projet élaboré par le Conseil Général de la Meuse >>.

 << Je profite de l’occasion pour joindre à cette lettre, une copie du courrier daté du 22 octobre dernier, que j’ai adressé au Président du Conseil Général de la Meuse, Christian NAMY >>.

 << Concernant les 15 kms manquants de la « Voie Sacrée » Bar-le-Duc/Baudonvilliers. >>.

 << Tout le monde le sait, mais peu agisse ! >>.

 Le Conseil Général de la Meuse est à l’origine de cette erreur volontaire, comme nous allons le voir.

 Après la première guerre mondiale, le Conseil Général de la Meuse, présidé par André MAGINOT (1877-1932) (Ministre de la guerre de 1922 à 1924 et 1929 à 1932), a demandé auprès du Ministre des Travaux Publics le classement :

 - De la route Bar-le-Duc/Verdun (dite « Voie Sacrée ») dans le réseau des routes nationales.

 La longueur à classer est de 48 kilomètres 440 mètres environ.

 << Cette voie a son origine au point kilomètre 0,920 de la route nationale 66, de Bar-le-Duc et aboutit au kilomètre 27,2 de la route RN3 à 8 kilomètres de Verdun >>.

 << Elle emprunte à son origine 449 mètres de voies urbaines et sur le reste de son parcours, les grandes communications (GC) 1 bis, 2 bis et 6 bis (anciennes routes départementales classées >>.

 L’Assemblée Départementale fait paraître ce communiqué de presse :

« En l’honneur des glorieux morts et des héros victorieux, le Conseil Général de la Meuse a émis le vœu que la dénomination de « Voie Sacrée » soit donnée à la route de Bar-le-Duc à Verdun et que l’indication de ce titre soit inscrite sur les bornes et poteaux indicateurs ».

 Le projet de loi :

 Le Député de la Seine Inférieure est chargé par la Commission des Travaux Publics de présenter à la Chambre  des Députés, le projet de loi relatif à la « Voie Sacrée ».

 « Est classé comme route nationale, dans son état actuel, l’ensemble des Voies Vicinales du département de la Meuse, qui relient actuellement Bar-le-Duc au carrefour du Moulin-Brûlé, sur la route nationale n°3, ledit itinéraire s’embranchant à Bar-le-Duc, sur la route nationale n°66, au point 0 km 920, empruntant les rues du Passage-Inférieur et de Saint-Mihiel à Bar-le-Duc, les chemins Vicinaux de grande communication n°3 à 8 kms environ de Verdun ».

 Le rapporteur a rappelé les souvenirs émouvants de la grande guerre qui évoque cette route glorieuse.

 « Rendons hommage, écrit-il, à cette route, artère dans laquelle circule le plus pur sang de France, voie glorieuse qui conduisit à l’immortalité, les 400 000 morts, rançon de la défense de Verdun ».

 « Un arc triomphal sera dressé à son point de départ dans la vieille cité barroise ».

 « Des bornes commémoratives seront placées sur tout son parcours ».

 Les démarches effectuées pour faire aboutir ce dossier :

 Une décision de Monsieur le Ministre des Travaux Publics a invité les Ingénieurs à établir un avant projet de classement en vue des formalités d’enquête d’utilité publique.

 Celui-ci a fait l’objet d’une décision ministérielle autorisant l’ouverture de cette enquête.

 Quelques semaines plus tard.

 Aucune observation importante n’ayant été formulée, au cours de celle-ci, le dossier a été transmis à l’Administration supérieure afin d’obtenir une loi pour le classement de cette route.

 Le Journal Officiel publie le projet de loi de classement de la « Voie Sacrée » comme route nationale.

 Ce projet de loi classe comme Route Nationale, dans son état actuel, l’ensemble des Voies Vicinales du département de la Meuse qui relient actuellement Bar-le-Duc au carrefour du Moulin-Brûlé sur la route nationale n°3, , ledit itinéraire s’embranchant à Bar-le-Duc, sur la route nationale n°66, au point 0 km 920, empruntant les rues du Passage-Inférieur et de Saint-Mihiel à Bar-le-Duc, les chemins vicinaux de grande communication n° 1 bis, 2 bis, 3 bis venant aboutir à la route nationale n°3 à 8 kms environ de Verdun ».

Avant que la décision soit prise définitivement , des points sont à éclaircir :

 Les plantations d’arbres :

 Les communes de Chaumont sur Aire et d’Erize la Petite, revendiquent la propriété des plantations situées sur leur territoire.

 Pour le Conseil Général :

 « C’est là une toute petite chose ». Il décide de ne pas s’attacher à cette question de plantations.

 Il reste un dossier épineux à traiter et qui concerne la ville de Bar-le-Duc.

 A qui va incomber les frais d’entretien des égouts du Passage-Inférieur ?

 On n’attend pas le classement de cette route. Le Conseil Général décide de faire installer des bornes le long de cette artère et déclare :

 « Le rôle glorieux que la « Voie Sacrée » a joué dans la défense du pays mérite d’être fixé sur la pierre ».

 « Les passants qui l’emprunteront sur quelque section que ce soit, fut-ce sur moins d’un kilomètre, doivent avoir leur attention attirée sur les grands évènements dont elle a été le support vital ».

 « L’adoption de bornes kilométriques d’un modèle spécial répondra bien à ce but ».

 Les casques :

 Seront ornés de lauriers qui surmonteront les bornes. Ils ne seront pas en ciment armé, comme on l’avait pensé, mais en bronze. Ils seront fondus avec de vieilles douilles, particulièrement des douilles Allemandes.

 Les bornes seront au nombre de cinquante huit.

 Quelques mois plus tard :

 

Deux projets sont présentés aux élus :

 Le premier :

 La borne est un simple moulage en béton de ciment aggloméré.

 Le second, plus soigné mais plus onéreux :

 Le casque ainsi que la palme seraient en bronze, le corps de la borne en béton de ciment aggloméré.

 Des précautions minutieuses seraient prises pour éviter le vandalisme.

 Le casque en bronze de trois millimètres d’épaisseur environ, serait à l’intérieur rempli de béton et ferait corps avec la borne, etc.

 Sur les conseils de l’Ingénieur en Chef, les élus optent pour le deuxième projet.

 Le bornage de la « Voie Sacrée » a fait l’objet d’un vote, il est alloué un crédit de 19 500 F pour :

 « La réalisation d’un modèle spécial de borne commémorative avec attributs » et dit-on……. « rappelant le rôle important rempli par cette route pendant la guerre ».

 C’est le deuxième projet qui est retenu.

 Il reste à solutionner ce dossier qui concerne l’entretien et le curage des égouts du Passage-Inférieur :

 La répartition des charges entre l’Etat et la Ville de Bar-le-Duc.

 Le Passage-Inférieur :

 Les travaux du quadruplement des voies ferrées de Vitry-le-François à Lérouville déclarés d’utilité publique ont entraînés la suppression du passage à niveau de la rue de Saint-Mihiel et la construction du Passage-Inférieur. La rue du Passage-Inférieur passe sous la voie ferrée.

 La partie qui nous intéresse a une longueur de 449 mètres.

 - Le premier tronçon de la « Voie Sacrée » qui est au départ de Bar-le-Duc passe sous la voie ferrée Paris-Strasbourg. Elle est dénommée « Passage-Inférieur ».

 - A l’entrée et à la sortie de cette section, une pente ainsi qu’une contre-pente forment une cuvette où se rejoignent toutes les eaux, notamment en cas de mauvais temps.

 Cette cuvette :

 « ……….est assainie par un réseau d’égouts, qui se déverse dans la rivière de l’Ornain à 490 mètres, environ du Passage-Inférieur… ».

 « Le réseau dont il s’agit ne reçoit que des eaux pluviales ainsi que les eaux ménagères des riverains, à l’exclusion de toutes matières fécales ».

 Deux propriétaires seulement ont été autorisés par la Ville à y établir des branchements particuliers.

 Le fond de cette cuvette est situé au dessous du niveau le plus élevé des eaux de l’Ornain. A chaque crue très importante :

 - Les eaux refoulent par l’aqueduc d’évacuation situé à l’intérieur du « Passage-Inférieur » ainsi que par les égouts ce qui entraîne l’inondation de la chaussée.

Et explique-t-on :

Ces incidents ne se répètent qu’à des intervalles espacés. On les a constatés en 1910 – 1919 – 1921.

Les charges de cet entretien sont élevées :

 - Et sont payées par la Ville de Bar-le-Duc. Au cours de ces dernières années, elles s’élèvent annuellement à 850 F.

 Le souhait de la Ville de Bar-le-Duc :

 - Que l’Etat prenne à sa charge l’entretien des égouts situés sur le sol de la future « Voie Sacrée ».

 (Voir sur notre site :

« Le Conseil Général de la Meuse est à l’origine des quinze kilomètres manquants de la ‘’ Voie Sacrée ‘’ » - Suite 2).

 Christian BOULAY

 

Ajouter un commentaire
 
×