La Voie Sacrée et le Tour de France.

LA « VOIE SACRÉE »

ET LE

« TOUR DE France ».

________________________________

 Le 13 août 1916, à titre d’essai, la route stratégique est ouverte en partie, aux convois hippomobiles entre Bar-le-Duc et Lemmes.

 Le 12 juillet 2001, la « Voie Sacrée » sera le premier grand rendez-vous du « Tour de France » le plus court de l’histoire, 3460 kilomètres.

 Sur cette route légendaire, vingt et une équipes de neuf coureurs s’affronteront sur 67 kms entre Verdun et Bar-le-Duc. Cette cinquième étape sera retransmise par cinquante chaînes de télévision dans près de 180 pays.

 Après les Jeux Olympiques, la Coupe du Monde de Football, le « Tour de France » est le troisième évènement sportif médiatique mondial.

A Paris.

 Le jeudi 26 octobre 2000, le Directeur du Tour, Jean-Marie LEBLANC, dévoile à Paris, au Palais des Congrès, le parcours du 88ème « Tour de France » pour l’édition 2001.

 Le départ sera donné à Dunkerque le dimanche 8 juillet, pour arriver le dimanche 29 juillet à Paris sur les Champs Elysées et comprendra vingt étapes.

 Il restera trois jours dans le département de la Meuse avec :

 - Une arrivée à Verdun le 11 juillet 2001,

- Une arrivée à Bar-le-Duc, le 12 juillet et le départ sera donné à Commercy le 13 juillet 2001.

 Ce n’est pas la première fois que le « Tour de France » s’arrêtera à Bar-le-Duc.

(Voir site www.association-michaux.com.es).

  Un des rendez-vous les plus attendus de cette première partie du Tour sera la course contre la montre qui se déroulera sur la « Voie Sacrée » entre Verdun et Bar-le-Duc.

 La 5ème étape du 88ème « Tour de France » se déroulera (en partie) sur la « Voie Sacrée ».

 Elle partira de Dugny, arrivera à Ancemont, Senoncourt les Maujouy, avant d’emprunter la partie historique de la « Voie Sacrée » à Lemmes, Souilly (ancien quartier général du Général PETAIN), Heippes, Issoncourt, Chaumont-sur-Aire, Erize la Grande, Rosnes, Erize la Brûlée, Petit Rumont, Naives-Rosières devant Bar, entrée dans Bar-le-Duc. On quitte la « Voie Sacrée » pour un virage très serré près du parc de Marbeaumont, que l’on longe et ensuite gravir cette montée de la Côte Sainte-Catherine pour arriver au 34 Boulevard des Flandres à Bar-le-Duc.

Alors que Bar-le-Duc est la ville étape, faute d’hôtels, elle n’aura pas l’honneur d’héberger les coureurs.

 Le Tour comprend 3500 personnes, y compris les équipes de 9 coureurs, 1500 véhicules, 450 journalistes permanents.

 Par conséquent, le lendemain 13 juillet, le départ sera donné à Commercy, en plein centre ville, place Charles de GAULLE.

 Les initiatives se multiplient.

 En attendant le passage du « Tour de France », les initiatives se multiplient dans tous les domaines et la « Voie Sacrée » va devenir le symbole de la Meuse.

 Afin de célébrer comme il se doit le passage du « Tour de France » sur cette route historique, la « Voie Sacrée », trois retraités construisent une borne géante à l’identique de celles qui jalonnent celle-ci.

 Il faut, disent-ils, qu’elle soit visible par tous.

 Elle représente plus de deux cents heures de travail, mesure 4m95 et pèse une tonne.

 Le casque est sculpté dans du béton cellulaire.

 Elle est installée à Lemmes, à l’endroit où les coureurs entreront sur la « Voie Sacrée ».

 Une centaine de bénévoles en costumes de l’époque s’associent à une manifestation inaugurale, une cinquantaine de personnes ayant revêtu l’uniforme des poilus.

 Le Maire de Lemmes, ainsi que le Curé, se joignent à cette cérémonie et tous félicitent les artistes qui ont réalisé cette borne monumentale.

 Et aussi semés, aux abords de la « Voie Sacrée » entre Souilly et Lemmes, sur une bande de six mètres de largeur, des deux côtés de la route des fleurs, bleues, blanches et rouges.

 Pour compléter cette plantation, les agriculteurs Meusiens ont dressé un Arc de Triomphe de dix mètres de hauteur entre deux champs de colza, qui porte cette inscription :

 « Les agriculteurs sèment les paysages de nos émotions ».

 Les initiatives se poursuivent.

 On prévoit d’implanter trois panneaux de 4m50 X 3m à des endroits stratégiques de la « Voie Sacrée ».

 Ils doivent évoquer l’histoire de la « Voie Sacrée » et seront installés pour le premier aux limites de l’arrondissement et du territoire de la commune des Trois Domaines, pour le second, entre Chaumont et Erize la Petite et le dernier, entre Erize la Grande et Rosnes.

 Ils seront réalisés pour rester en place plusieurs années.

 La « Voie Sacrée » est passée au peigne fin.

Des employés de la Direction Départementale de l’Equipement, répartis en trois équipes, parcourent les 170 kilomètres de routes meusiennes qu’emprunteront les coureurs du « Tour de France », afin que tout soit parfait. La « Voie Sacrée » est passée au peigne fin.

 La « Voie Sacrée » transformée en piste cyclable.

C’est le grand rendez-vous tant attendu du Contre la montre par équipes, qui se dispute sur 67 kms entre Verdun et Bar-le-Duc.

 Le 12 juillet, le départ des 21 équipes est donné à Verdun, le parcours est sans relief.

 Dans les deux kilomètres de la montée de Rumont, sous la pluie, plusieurs centaines de spectateurs se sont massés afin de voir les coureurs qui disparaissent dans la descente vers Naives Bar.

Les arrivées sont jugées à Bar-le-Duc, Boulevard des Flandres, après une montée de 2 kms à 3,9% à l’extrémité d’une ligne droite finale de 200 mètres.

 Le temps est pris sur le 5ème homme de chaque équipe.

 Les 67 kms sont parcourus à la vitesse de 49,30 kms/h.

 A l’arrivée à Bar-le-Duc.

 La formation du Crédit Agricole a remporté la cinquième étape, un Contre la montre par équipes de 67 kms entre Verdun et Bar-le-Duc.

 Stuart O’GRADY, vainqueur de l’étape avec ses co-équipiers, a gardé le maillot jaune de leader.

 Sous la pluie, l’équipe française a devancé de trente et une secondes, les ONCE et de cinquante-quatre secondes l’équipe des FESTINA.

 L’Américain Lance ARMSTRONG (qui sera vainqueur de ce 88ème Tour de France) à la tête de son équipe l’US POSTAL, prend la quatrième place à 1 minute 26.

 La « Voie Sacrée » dans le « Tour de France », quelques échos relevés dans la presse écrite.

Dans le journal « France Soir ».

 « Le tracé du Contre la montre par équipes empruntait la « Voie Sacrée », la seule route disponible pour rejoindre Verdun pendant la première guerre mondiale ».

 « Elle est la seule en France à ne pas porter de numéro ».

 « De plus, ses bornes sont surmontées d’un casque de poilu et ornées de la palme du martyr ».

 « Hier, un poilu en chair et en os avait été à chaque borne ».

 Dans le journal « L’Equipe » du 13 juillet 2001.

 « Pas de traité de Westphalie, pas de conflit franco-prussien en 1870, pas de revanche en 1914, pas de poil au poilu et pas d’étape de souvenir pour emprunter dans le bon sens – celui des survivants – la « Voie Sacrée » qui, durant l’offensive sur Verdun, tint lieu de cordon ombilical entre le front et l’arrière ».

 Dans « L’Est Républicain » du 13 juillet 2001, dans l’article reproduit ci-dessous intitulé :

 En roue libre

Zéro pointé

 « Les commentateurs radio s’étaient donné le mot et avaient sans doute décidé, histoire de se faire plaisir, de réécrire l’histoire. C’est ainsi qu’hier, à 9 heures sur RTL, puis à 12 heures 40 sur Europe 1, les auditeurs ont entendu que les coureurs du Tour allaient emprunter la « Voie Sacrée » :

 « Une partie de la ligne MAGINOT ».

 « De quoi faire se retourner dans leur tombe Maurice GENEVOIX, Alain FOURNIER et Louis PERGAUD…. ».

 Christian BOULAY

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire
 
×