Ignoré par la presse.

IGNORÉ PAR LA PRESSE PENDANT 13 ANS.

Treize années de démarches pour que la route Bar-le-Duc-Moulin-Brûlé (Verdun) soit dénommée « Voie Sacrée » sur la totalité du parcours.

 De Bar-le-Duc au carrefour du Moulin-Brûlé situé à 8 kms de Verdun, alors qu’elle n’existait pas officiellement dans la traversée de Bar-le-Duc, aussi bien sur les plans que sur les plaques des rues…

 Après avoir envoyé plus de 200 courriers aux Maires, Préfets, Sénateurs, Présidents des Conseils Généraux, Responsables de l’Armée, Médiateurs de la République, Responsables d’associations, Président de la République, Presse, etc.

 Pour ne pas porter préjudice à Bertrand PANCHER (aujourd’hui Député - Maire  de la Meuse) ainsi qu’à Martine HURAUT (à cette époque Maire de Bar-le-Duc), l’Est Républicain a ignoré mes démarches pendant cette période (13 ans).

 Alors que j’ai informé les journalistes de ce quotidien les :

 - 25 octobre 1997 (lettre ouverte au Président de la République),

- 18 juin 1999,

- 10 novembre 1999, etc.

 Le 30 septembre 2001, un article parait sous le titre de :

 « GLORIEUSE DÉNOMINATION »

 « Un habitant de Longeville-en-Barrois s’est récemment fendu d’une magnifique et émouvante lettre sur l’histoire de la  « Voie Sacrée » reliant Bar-le-Duc au Moulin-Brûlé. Une lettre adressée au Préfet de la Meuse et au Président du Comité de la « Voie Sacrée » et de la voie de la liberté où il demande que son nom soit rendu à la partie urbaine de la voie ».

 « N’est-on pas en droit de s’étonner que la municipalité Barisienne ait négligé jusqu’à ce jour de donner officiellement à cette rue du Passage-Inférieur et à celle de Saint-Mihiel qui lui fait suite, la glorieuse dénomination de « Voie Sacrée » qu’on a le devoir de transmettre fièrement à la postérité. Une question qui a le mérite d’être posée, et une initiative qui viendrait parfaire un travail de mémoire entamé lors du déplacement de la borne ».

 Le même jour, j’adresse un courrier au Président Directeur Général de ce quotidien  accompagné d’un dossier :

 « Pendant quelques années, j’ai frappé à toutes les portes…., notamment à celle de Monsieur DOYEN, Chef de l’Agence de Bar-le-Duc, ainsi qu’à celle de Monsieur François MOULIN (au siège de Nancy) et malgré mes différents courriers, aucune suite n’a été donnée… ».

 « Alors, permettez-moi, Monsieur le Président Directeur Général, mais lorsque je lis ces quelques lignes………je suis ulcéré, outré, scandalisé, révolté….. En colère ! Mais de qui se moque-t-on ?..... ».

La réponse du P.D.G ne se fait pas attendre…. !!

 Le 5 octobre 2001, je reçois cette lettre :

 « J’ai bien reçu votre courrier du 30 septembre relatif à vos efforts pour faire dénommer « Voie Sacrée » les rues correspondant à Bar-le-Duc ».

 « Que vous dire ? Ainsi va la vie ! Sans doute vos efforts précédents ont-ils préparé la réceptivité des intéressés, dans le sens que vous souhaitiez. C’est en tout cas ce qu’il faut espérer ».

 « Sur le plan pratique, je transmets votre dossier à M. DOYEN, Directeur de notre rédaction à Bar-le-Duc, etc…. ».

 Malheureusement, il n’y eut jamais de suite.

 Le 7 août 2002 :

 J’adresse un nouveau courrier au PDG de l’Est Républicain :

 « Le 26 novembre 2001, à la suite d’un article paru dans votre quotidien, j’ai adressé un dossier concernant la « Voie Sacrée » à votre journal ».

 « Je me permets de vous solliciter afin de le récupérer rapidement. Auriez-vous la possibilité d’intervenir auprès de la personne concernée, pour que celle-ci me restitue celui qui est en sa possession depuis novembre 1998, cel0 malgré mes dizaines de demandes qui sont restées sans réponse ? ».

 Le 9 août 2002 :

 Le Rédacteur en Chef Adjoint fait suite à mon courrier daté du 7 août, adressé au PDG de l’Est Républicain en ces termes :

« J’ai bien reçu votre lettre qui m’a été transmise par le Président Gérard LIGNAC ».

 « Je me propose d’en parler, dès leur retour de vacances, à François MOULIN et Fernand DOYEN qui semblent avoir en entre leurs mains, votre dossier concernant la « Voie Sacrée ».

 « Je ne manquerai pas à ce moment là de vous le faire savoir ».

 Le 4 novembre 2002 :

 J’adresse à nouveau, un courrier au PDG de l’Est Républicain, afin de récupérer mes dossiers :

 

 « Je me permets de vous remettre en mémoire mon dernier courrier concernant la « Voie Sacrée » et je profite de l’occasion pour vous adresser les photocopies de mes différentes lettres, etc ».

 Le 1er février 2003 :

 Je relance Monsieur LIGNAC, PDG de l’Est Républicain, afin que me soient restitués mes dossiers :

 « Je profite de l’occasion pour vous adresser la photocopie de mes différents courriers » :

 - Courrier du 25 octobre 1997, adressé à Monsieur DOYEN,

- Courrier du 18 juin 1999, adressé à Monsieur MOULIN,

- Courrier du 16 février 2000, adressé à Monsieur MOULIN,

- Courrier du 26 novembre 2001, adressé à Monsieur LIGNAC,

- Rappel de mes courriers du 4 novembre 2002, à Monsieur LIGNAC.

 Non, seulement le PDG n’a pas jugé utile de répondre à ma dernière lettre, mais mes dossiers ne m’ont jamais été restitués.

 J’attire l’attention sur le fait que tous mes courriers ont été expédiés en recommandé avec accusé de réception.

 Le 3 avril 2010 :

 Alors que j’écrivais au PDG de l’Est Républicain, je lui disais ceci :

« Depuis 1995, et pendant quinze ans, je me suis engagé dans un véritable combat pour que cette route Bar-le-Duc/Verdun soit dénommée sur la totalité de son parcours « Voie Sacrée ».

 « Alors que mon dossier a été bloqué par Bertrand PANCHER et Martine HURAUT, j’ai envoyé plus de 200 courriers aux Maires, Préfets, Responsables d’associations, Présidents du Conseil Général, Responsables de l’Armée, Presse, Présidents de la République et ……la liste n’est pas exhaustive ».

 « L’arrivée d’un nouveau Maire à Bar-le-Duc en 2009 a fait ce que ses prédécesseurs n’ont pas fait en quinze ans ! ».

 « Pendant toutes ces années, pour ne pas nuire aux politiques que je viens de citer, vous m’avez censuré…. »

 « J’ai dépensé des milliers d’euros sans parler des innombrables heures écoulées à écrire, rechercher, trier les articles de presse et autres documents pour toujours écrire l’histoire, au plus près de la vérité… ».

 Le 14 avril 2010 :

 Quelques jours plus tard, Monsieur LIGNAC, PDG de l’Est Républicain me faisait cette réponse :

 « J’ai pris connaissance de cotre courrier du 3 courant ».

 « Je voudrais d’abord vous rappeler mes propres attaches Meusiennes. Mon père était un Ancien Combattant de Verdun. Mon épouse est Meusienne, et un de ses frères a été Conseiller Général de ce département ».

 « Je peux comprendre votre intérêt pour l’histoire de la Meuse ».

 « Rien ne vous autorise néanmoins à qualifier de censure le fait que certains de vos écrits ou actions aient pu ne pas être repris par l’Est Républicain ».

 « Ne manifestez-vous pas un subjectivisme peu ordinaire ? ».

 « La plupart de nos lecteurs conviennent, en effet, que l’Est Républicain fait son métier d’information convenablement (NDLR je peux démontrer que ce n’est pas toujours le cas) ».

 « Je vous rappelle d’autre part, que c’est le droit le plus strict, en même temps que la fonction et la responsabilité de l’éditeur, de trier et choisir les informations à publier ».

 La suite va confirmer la justesse de mes propos :

 Alors que le Maire de Verdun, Arsène LUX, s’est acharné pendant plusieurs années pour tenter de faire rajouter à tort, dix kilomètres, à la « Voie Sacrée ».

 Il a fait signer un Arrêté à six Ministres de la République et a tout fait pour que celui-ci se transforme en loi.

 Il a trompé non seulement les six Ministres mais aussi tous ceux qui ont signé cette pétition :

 - 5 282 Responsables nationaux,

-    203 Parlementaires nationaux et européens,

-        8 Présidents de Conseils Généraux,

- 4 635 Maires,

-    296 Présidents nationaux, régionaux, départementaux, d’associations patriotiques,

-    137 Personnalités civiles ou militaires, etc.

 Pendant plusieurs années, la presse a relayé ses actions notamment l’Est Républicain qui lui a consacré de nombreux articles qui sont parus, soit en :

 - Premières pages,

- Pages Meuse,

- Ou pages régionales.

 Je relève ci-dessous, quelques titres d’articles qui sont parus dans l’Est Républicain :

 - « Voie Sacrée », Arsène LUX, interpelle l’Elysée,

- Cette sacrée « Voie Sacrée »,

- LUX monte au front,

- Voie de la désunion sacrée,

- LUX répond à LONGUET,

- « Voie Sacrée » sur l’A4, l’opposition en justice,

- Bataille de panneaux,

- « Voie Sacrée » 1-0 pour NAMY,

- L’appel d’Arsène LUX,

- Sous pression d’Arsène LUX,

- « Voie Sacrée », Arsène LUX alerte,

- Conseil Municipal (Verdun) Centre mondial….. Voie Sacrée Nationale au programme,

- Lettre d’Arsène LUX à Nicolas SARKOZY,

- Arsène LUX charge Gérard LONGUET,

- « Voie Sacrée » : Verdun est déterminée à prolonger le combat

                                 Voie Sacrée Nationale

                                A.LUX repart au combat ».

- La réponse à Arsène LUX (de l’Elysée),

- De nouveau la « Voie Sacrée »,

- « Voie Sacrée » « Verdun est déterminée à prolonger le combat »,

- Voie Sacrée Nationale : A.LUX repart au combat (il écrit au Président de la République),

- Le centenaire sera chaud,

- Meuse : Une loi pour la « Voie Sacrée Nationale » ?

- « Voie Sacrée » : Arsène LUX interpelle l’Elysée,

- Souvenir : « Voie Sacrée » ; Arsène LUX attend une « unanimité,

- Politique : Le débat sur la « Voie Sacrée » se fera sans les socialistes,

- Centenaire : « Voie Sacrée Nationale » : lettre d’Arsène LUX  au Président (de la République),

- Verdun : « Voie Sacrée » : bravant le débat à l’assemblée,

- La proposition de loi sur l’appellation « Voie Sacrée Nationale » a été adoptée hier à l’Assemblée Nationale. Débat Meusien au Palais BOURBON,

- Meuse : « Voie Sacrée Nationale », la proposition de loi adoptée,

ETC.

 Le pot de terre contre le pot de fer :

 En ce qui concerne mes démarches pour que la route Bar-le-Duc-Moulin-Brûlé/Verdun, soit dénommée « Voie Sacrée » sur la totalité de son parcours :

 - Jamais une seule ligne n’est parue dans l’Est Républicain.

 Quand j’ai adressé une lettre ouverte au Président de la République Jacques CHIRAC, j’ai fait parvenir un double à l’Est Républicain qui est resté muet.

 J’aurais eu le soutien de la presse, mon dossier était réglé en quelques jours, alors que j’ai attendu treize ans, et trois Maires se sont succédé.

 Monsieur Arsène LUX, Maire de Verdun.

 A menti et trompé tout le monde alors que j’avais adressé un courrier à l’Est Républicain, qui est resté sans suite.

 Pour enfoncer le clou, ce quotidien a fait paraître, une quarantaine d’articles pour tenir informer ses lecteurs concernant les démarches entreprises par celui-ci pour tronquer l’histoire.

J’ai relevé cet article paru le 26 février 2010, dans l’Est Républicain, qui est titré :

 « Voie Sacrée sur l’A4

l’opposition en justice ».

 Où je lis :

 « La Voie Sacrée et sa véritable histoire mérite sans doute mieux que d’être un nouveau champ de bataille au cœur d’une telle polémique ».

 « C’est pourtant ce qu’elle est en train de devenir depuis qu’Arsène LUX a choisi de faire financer, avec le soutien de sa majorité municipale, par la ville de Verdun de nouveaux panneaux sur l’autoroute A4 afin que le nom :

 « Voie  Sacrée Nationale » remplace « Voie Sacrée ».

 Coût de l’opération : 42 810 euros ».

 Si, Monsieur LUX, avait utilisé ses propres deniers comme je l’ai fait, pour une bonne cause, en aurait-il fait autant ?

 Aujourd’hui, le Maire de Verdun, a été battu aux dernières élections municipales et a quitté sa fonction de premier Magistrat de la ville.

 Christian BOULAY

 

Ajouter un commentaire
 
×