Le Mémorial.

LE MÉMORIAL DE LA «  VOIE SACRÉE  »

_________________________________

Il aura fallu attendre plus de cinquante ans pour qu’un monument immortalise le sacrifice de tous les hommes qui empruntèrent cette route dénommée officiellement, le 30 décembre 1923 « Voie sacrée ».

 Le Mémorial est édifié par la Fédération Nationale du Train, à proximité du carrefour du Moulin-Brûlé, terminus de la « Voie Sacrée ». Il se dresse sur le plateau situé sur le territoire de la commune de Nixeville et domine cette route historique ainsi que la Nationale 3.

 En 1916, ce carrefour appelé par les soldats le « Tourniquet » était aménagé spécialement pour faciliter le virage des camions qui repartaient vers Bar-le-Duc, transportant ceux qui quittaient les tranchées pour rejoindre les lieux de repos. Un peu avant d’arriver à cet endroit, sous les bombardements, les soldats descendaient des camions chargés d’une vingtaine de kilos, et parcouraient de nuit, quinze à vingt kilomètres à pied, pour rejoindre le champ de bataille.

 Ce monument a pour but d’immortaliser le rôle de la route Baudonvilliers/Bar-le-Duc-Moulin-Brûlé, emprunté par les ¾ de l’Armée Française, et du chemin de fer à voie  étroite dénommée le « Meusien » ou « Varinot », du nom de son constructeur, dans cette terrible bataille de Verdun en 1916. Ce sont les exploits conjugués de ces deux voies routière et ferrée qui conduirent à la victoire de la bataille de Verdun.

 Le Mémorial que l’on aperçoit de loin, est constitué d’une  colonne, avec à son sommet, une sculpture représentant une « roue ailée et dentée », symbole de cette « Arme du Train », créée par Napoléon en 1807 sous l’appellation « Train des Equipages Militaires ». A la base de la stèle, les bas-reliefs réunissent la route et le rail. De chaque côté de ceux-ci, sont sculptés dans la pierre, les camions circulant sur la « Voie Sacrée ».

 A l’extrémité droite sont représentés les artilleurs, à l’extrême gauche les fantassins.

 Figurent aussi derrière les véhicules, ceux qui ont œuvré sur cette route, les dépanneurs, les territoriaux….

 Sur le bas-relief de droite, on remarque une locomotive représentant celle qui, dénommée « La Meuse », fut livrée en 1886 à la Compagnie Varinot, et qui a circulé sur le réseau à voie étroite du « Meusien ».

 Au milieu, à la base de la colonne, est gravée cette inscription :

 

LE TRAIN

A SES ANCIENS

A TOUS CEUX DE

LA VOIE SACREE.

 Ce monument est l’œuvre de l’architecte Gaston SCHMITT, et du sculpteur François BARROIS. Il est inauguré le 14 mai 1967 par le Général BOUCAUD, Président de la Fédération Nationale du Train, en présence de nombreuses personnalités civiles et militaires, dont une quarantaine de Généraux et un nombreux public.

 En 1996, on a installé en bordure de route, les panneaux d’informations et par la suite, sur le plateau, une table d’orientation sera placée.

 En 2007, on commémore les 200 ans de l’ »Arme du Train » et on inaugure au Mémorial une plaque commémorative dédié « Aux aînés du Train ».

 Christian BOULAY

 

Ajouter un commentaire
 
×