Arsène LUX a trompé...5

ARSÈNE LUX – MAIRE DE VERDUN

DE 1995 A 2014

A TROMPÉ DES MILLIERS D’ÉLUS.

 AINSI QUE SIX MINISTRES

DONT UN FUTUR PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE.

_______________

 Une proposition de loi basée sur le mensonge !

 - Suite 5 -

 Comme nous venons de le voir, certains journaux nationaux font écho du conflit qui pollue le département de la Meuse dont l’origine est la « Voie Sacrée ».

 La presse s’enflammant, je décide de rappeler mon bon souvenir au Président de la République :

En lui adressant le 13/08/2013, une lettre ouverte avec l’espoir qu’après son intervention, le département de la Meuse retrouvera non seulement la sérénité, mais qu’il ne sera plus la risée du monde entier :

- Lors des commémorations du centenaire de la 1ère guerre mondiale.

« Monsieur le Président »,

« Je vous alerte sur le drame qui couve dans le département de la Meuse, à quelques mois des commémorations du Centenaire de la première guerre mondiale ».

« Dans cette affaire, Monsieur le Président, vous avez une grande part de responsabilité en refusant de dire la vérité au Maire de Verdun, comme nous allons le voir ».

« Aujourd’hui, la presse Française lance un pavé dans la mare et demain la France sera la risée de toute la presse internationale ».

« J’ai été surpris par l’acharnement du Maire de Verdun, Arsène LUX, qui s’oppose depuis plusieurs années, dans la presse, à la décision de l’Etat concernant la « Voie Sacrée », qui n’est plus une route nationale, mais départementale, puis modifiée à sa demande ».

« La « Voie Sacrée » devient départementale au grand désespoir du Maire de Verdun, etc ».

« Pourquoi est-il si difficile d’écrire au Maire de Verdun qu’il se trompe, que la « Voie Sacrée » part de Bar-le-Duc pour rejoindre le carrefour du Moulin-Brûlé situé à 8 kilomètres de Verdun ? ».

« Monsieur le Président, par votre silence, vous accréditez les mensonges du Maire de Verdun….. ».

Nous relevons dans la presse :

Dans son édition du 30/05/2015, le journal « Le Parisien » écrit : « HOLLANDE fait la taupe.

 Je m’oppose à ce que ce décret se transforme en loi…..Je demande que la loi de 1923 soit respectée.

Il est inadmissible que le Maire d’une ville au nom symbolique tente de tronquer l’histoire à des fins personnelles.

A la lecture du dossier ci-joint, vous constaterez le bien fondé de ma démarche.

J’espère que cette honteuse polémique qui ne fait pas honneur au département de la Meuse, cessera.

Alors que ne je ne suis qu’un modeste Français passionné d’histoire, bénévole et qui souhaite, Monsieur le Président de la République, que vous fassiez respecter la loi de 1923.

Agitez le drapeau blanc et faites cesser cette guerre de Verdun (version XXIème siècle) qui est ridicule en annulant l’Arrêté Ministériel signé en mars 2007. Vous avez, je pense, en main tous les éléments nécessaires, etc.

Et depuis, c’est le silence à l’Elysée !

J’en adresse une copie à la presse nationale.

- Agence France Presse,

- Aujourd’hui en France,

- Journal Libération,

- Journal du Dimanche,

- Journal de la Haute-Marne,

- Républicain Lorrain,

- L’express.

ETC

Et pour information :

- Madame DILHAC, Préfète de la Meuse.

- Monsieur Christian NAMY, Président du Conseil Général de la Meuse.

N’étant pas le Maire de Verdun, il n’y a eu aucune réaction.

SANS COMMENTAIRES !

Le Sénateur de la Meuse Gérard LONGUET qui soutient l’action du Maire de Verdun, n’a toujours pas répondu à nos courriers, je persévère en lui adressant cette lettre :

« Monsieur le Sénateur »,

« Je me permets de vous remettre en mémoire, mes courriers ».

« Concernant « L’Arrêté portant dénomination de la route départementale reliant Bar-le-Duc à Verdun sur le territoire de la Meuse » à votre demande, il se transforme en une proposition de loi qui est enregistrée à la Présidence du Sénat, en 2010 ».

« Vous n’avez pas jugé utile de répondre à mes lettres, etc ».

« Alors que je m’oppose à cet Arrêté pour qu’il ne se transforme pas en loi ».

« Comment avez-vous pu cautionner l’initiative malheureuse d’Arsène LUX, Maire de Verdun, qui a trompé des milliers de personnes, dans cet Arrêté, il est écrit » :

Article 1er :

« La dénomination de la route départementale assurant la liaison entre Bar-le-Duc et Verdun, communément désignée sous le nom de « Voie Sacrée », est désormais « Voie Sacrée Nationale ».

« Or, la loi du 30/12/1923 est explicite à savoir »:

« La loi classant comme route nationale, l’ensemble des chemins dits « Voie Sacrée » qui relient Bar-le-Duc à Moulin-Brûlé ».

« La « Voie Sacrée » se termine au carrefour de Moulin-Brûlé qui est situé à 8 kms de Verdun ».

« Alors qu’il manque 15 kms à cette route stratégique puisqu’elle part de Baudonvilliers, pourquoi voulez-vous lui rajouter 8 kms ? ».

« Nous nous posons cette question » :

« Pourquoi avez-vous cautionné ce mensonge inadmissible ? ».

« Dans quelques mois, sera commémoré le centenaire de la guerre 14/18, dans cette affaire où est la vérité historique ? ».

« Dans l’attente de vous lire ».

Quelques jours plus tard, son cabinet me fait cette réponse :

     SÉNAT

     Secrétariat

         de

Gérard LONGUET

       -------------

Ancien Ministre

       -------------

Sénateur de la Meuse

       -------------

         BLD/GL/HL

« Monsieur »,

 « Je tiens à vous informer que nous avons bien reçu votre correspondance du 22 octobre dernier et nous vous en remercions ».

« Monsieur Gérard LONGUET en prendra connaissance dans le courant de la semaine prochaine et ne manquera pas de vous apporter une réponse rapidement ».

 « Cordialement ».

 Le Secrétariat de Gérard LONGUET

Un mois plus tard, c’est au tour du Sénateur de me répondre ceci :

     SÉNAT

 

    Secrétariat

         de

Gérard LONGUET

       -------------

Ancien Ministre

       -------------

Sénateur de la Meuse

       -------------

         BLD/GL/HL

« Cher Monsieur »,

 J’ai bien reçu votre correspondance et je l’ai lue avec attention ».

 « Je suis désolé de rappeler que la Voie Sacrée commence à Baudonvilliers. Tout le monde le sait, sauf le législateur de 1923 ».

 « Pour ma part, je ne soutiens pas le projet de Monsieur Arsène LUX, etc ».

 « Je vous prie de croire, Monsieur, à l’assurance de mes sentiments distingués ».

 « Bien cordialement ».

 Gérard LONGUET.

 Vérifions ce qui est écrit dans la presse :

 Je relève :

 Sous ce titre :

« Quatorze Sénateurs dont Claude BIWER et Gérard LONGUET vont déposer une proposition de loi pour entériner l’appellation « Voie Sacrée Nationale » etc ».

 « Arsène LUX, ulcéré, y voit un déclassement insupportable, une injure à l’histoire ».

 « Appuyé par plusieurs Parlementaires, dont Gérard LONGUET, il souhaite la baptiser « Voie Sacrée Nationale », etc.

 Mais encore :

« …Gérard LONGUET avait donc coparaphé la proposition de loi. Malgré ses différences avec le Maire de Verdun ».

 « Le Président du groupe UMP au Sénat va devoir jouer les diplomates…Selon lui, une loi se justifie » etc.

SANS COMMENTAIRES !

 Sa réponse m’incite à réagir et à lui écrire ceci :

« Lettre recommandée avec A.R »

« Monsieur Gérard LONGUET »

« Sénateur ».

« Monsieur le Sénateur »,

« Suite à votre lettre qui faisait suite à mon courrier et je vous en remercie »

« Je pense qu’il doit y avoir une confusion, je vous invite à reprendre celui-ci où je vous écrivais » :

« Je me permets de vous remettre en mémoire mes courriers…… ».:

« Concernant « l’Arrêté portant dénomination de la route départementale reliant Bar-le-Duc à Verdun sur le territoire de la Meuse » à votre demande, il se transforme en une proposition de loi qui est enregistrée à la Présidence du Sénat (voir photocopie jointe) ».

« Alors que nous nous opposons à cet Arrêté pour qu’il ne se transforme pas en loi ».

« Comment avez-vous pu cautionner l’initiative malheureuse d’Arsène LUX, Maire de Verdun, qui a trompé des milliers de personnes, dans cet Arrêté il est écrit « :

« Art. 1er

« La dénomination de la route départementale assurant la liaison entre Bar-le-Duc et Verdun, communément désignée sous le nom de « Voie Sacrée » est désormais « Voie Sacrée Nationale ».

« Or, la loi est explicite à savoir » :

« La loi classant comme route nationale, l’ensemble des chemins dits « Voie Sacrée » qui relient Bar-le-Duc à Moulin-Brûlé ».

 « La « Voie Sacrée » se termine au carrefour de Moulin-Brûlé qui est situé à 8 kms de Verdun ».

« Alors qu’il manque 15 kms à cette route stratégique puisqu’elle part de Baudonvilliers, pourquoi voulez-vous lui rajouter 8 kms ? ».

« Et vous me faites cette réponse » :

« Je suis désolé de rappeler que la Voie Sacrée commence à Baudonvilliers. Tout le monde le sait, sauf le législateur de 1923 »et puis moi peut-être ? ».

?

« Or, le législateur n’a fait que d’adopter à cette époque, le projet élaboré par le Conseil Général de la Meuse ».

« Je profite de l’occasion pour joindre à cette lettre une copie du courrier que j’ai adressé au Président du Conseil Général de la Meuse, Christian NAMY ».

« - Concernant les 15 kms manquants de la Voie Sacrée Bar-le-Duc/Sommelonne-Baudonvilliers ».

« Tout le monde le sait, mais peu agisse ! ».

« Trouvez-vous normal que »:

« - Pendant une quinzaine d’années, j’ai œuvré avec mes propres deniers pour que cette route Bar-le-Duc/Moulin-Brûlée soit dénommée « Voie Sacrée » sur la totalité de son parcours, notamment dans la traversée de Bar-le-Duc ».

« - Alors que mon dossier a été bloqué par Bertrand PANCHER et Martine HURAULT (voir copies d’articles de presse) ? ».

« Avec le centenaire de la guerre 14/18, on va pouvoir le voir partout dans la presse ! ».

« Là-haut, les anciens Combattants seront certainement heureux de sa présence ».

« A méditer ! »

« Vous en souhaitant bonne réception »

« Je vous prie de recevoir, Monsieur le Sénateur, l’expression de mes sentiments distingués ».

Mentir cela réussit à Arsène Lux, maire de Verdun.

Le dossier de la « Voie Sacrée » franchit une étape importante.

Malgré mes nombreux courriers adressés aux Chefs de l’Etat, Sénateurs, Députés, à la presse etc., rien n’y fait , ce dossier n’avance pas.

Soixante dix neuf Députés, représentés par Philippe GOSSELIN, Député de la Manche, membre de la commission de la défense nationale et des forces armées, déposent une proposition de loi à l’Assemblée Nationale.

«Visant à affirmer le caractère intangible de l’appellation « Voie Sacrée ».

Le « Journal des Combattants » reprend cette information.

Et fait paraître un article en première page de son mensuel.

J’ai la surprise de découvrir dans le même journal, mais à la seconde page, ce titre :

« Voie Sacrée : le maire de Verdun ne dit pas la vérité ! »

Le mensuel utilise un nouveau texte que je lui avais adressé quelques semaines auparavant mais que j’avais titré :

« Le maire de Verdun ment

      L’Elysée s’affole !

           Et la presse met de l’huile sur le feu »

Après le dépôt de cette proposition de loi, la réaction du président Namy ne se fait pas attendre.

« C’est un projet UMP » déclare-t-il.

Dans cette affaire un homme est heureux, le Maire de Verdun. Il est certain que son action aboutira. Il ne peut pas imaginer que cette proposition ne se transforme en loi et,    dit-il :

« Je n’imagine pas qu’un Député ou qu’un Sénateur puisse voter contre, ce serait au mépris des victimes et de leurs descendants ».

Alors que le Ministre délégué chargé des Anciens Combattants, Kader ARIF, n’a jusqu’à présent jamais répondu à mes courriers.

Je lui adresse cette lettre.

« Depuis quelques années, la presse tient ses lecteurs en haleine, en expliquant en long et en large les malheurs du Maire de Verdun, Arsène Lux, qui s’oppose au projet de l’Etat concernant la « Voie Sacrée », qui ne doit plus être une route départementale, mais nationale. ».

«Elle devient, une route départementale au grand désespoir du Maire de Verdun, qui a trompé des milliers de personnes (Responsables nationaux, Parlementaires, etc...) en leur faisant signer une pétition ainsi qu’un Arrêté à six Ministres, etc. ».

«Monsieur le Ministre, vous n’avez jamais répondu à mes courriers.

« Connaissez vous cette expression ?

     - Qui ne dit mot consent ? ».

Comme d’habitude, aucune suite n’a été donnée.

Je suis surpris d’apprendre par la presse que plusieurs personnes ont été auditionnées par la commission de la dÉfense nationale et des forces armées pour examiner cette proposition de loi.

« Le Maire de Verdun s’est entretenu mercredi matin avec Philippe GOSSELIN, Député UMP de la Manche, membre de la Commission de « Défense nationale et des forces armées » qui a déposé la proposition de loi n°594 visant à » :

 « Affirmer le caractère intangible de l’appellation de la Voie Sacrée Nationale…. »

A-t-on fait appel à un historien afin d’obtenir son avis ?

Les protagonistes ont—ils lu cette loi de 1923 qui est leur rÉfÉrence ?

Je dis non ! Comme nous le verrons plus loin !

Qui est Monsieur GOSSELIN ?

Qui dépose cette proposition de loi.

En lisant sa profession de foi, nous apprenons :

- Qu’il est député de la Manche depuis 2012.

Il s’adresse à ses lecteurs en ces termes :

« Je les en remercie très sincèrement. Leur confiance est un honneur et une responsabilité dont je mesure l’importance. »

 « Comme je m’y suis engagé, pendant la campagne, je serai…… un responsable et déterminé, très actif etc. ».

 « Je défendrai les valeurs auxquelles je crois » :

 « L’homme, la famille, le travail, le mérite, l’équilibre des droits et des devoirs… »

 Mais il ne dit rien sur l’honnêteté.

Pour lui, je ne suis pas un inconnu, puisqu’il a lu mes articles parus dans le journal des Combattants qui sont titrés :

« Voie Sacrée : le maire de Verdun ne dit pas la vérité ».

Je décide de lui envoyer un mail ainsi qu’un courrier où il est écrit :

« OBJET : la Voie Sacrée ».

« Monsieur le Député »,

« Je viens de lire dans l’édition de l’Est Républicain du 7/2 dernier, cet article qui est titré » :

« Voie Sacrée : Arsène LUX attend une « unanimité »

« Quel culot ! »

« Et je relève »:

« Le Maire de Verdun s’est entretenu mercredi matin avec Philippe GOSSELIN, Député UMP de la Manche, membre de la Commission »Défense nationale et des forces armées » qui a déposé la proposition de loi n°594 visant à » :

 « Affirmer le caractère intangible de l’appellation de la Voie Sacrée Nationale… »

« Ces propos m’incitent à vous contacter » :

Alors que le Maire de Verdun s’oppose depuis plusieurs années dans la presse (les articles qu’il fait paraître poussent comme des champignons) à la décision de l’Etat concernant la « Voie Sacrée » qui n’est plus une route nationale mais départementale, puis modifiée à sa demande ».

« Le Maire de Verdun a trompé des milliers de personnalités alors que dans cet Arrêté signé le 15/2/2007, il est écrit »:

« Art. 1er :

« - La dénomination de la route départementale assurant la liaison entre Bar-le-Duc et Verdun communément désignée sous le nom de « Voie Sacrée » ; est désormais « Voie Sacrée Nationale ».

« La proposition de loi enregistrée le 12 octobre 2010, stipule » :

 « Caractère intangible de l’appellation de la Voie Sacrée Nationale ».

« Art. L… sans préjudice de prérogatives de la collectivité territoriale compétente, il est institué l’appellation intangible de « Voie Sacrée Nationale » pour la route reliant Bar-le-Duc à Verdun ».

« Or, la loi du 30/12/1923 est explicite, puisqu’il est écrit » :

« Est classé comme route nationale, dans son état actuel, l’ensemble des voies vicinales du département de la Meuse qui relient actuellement Bar-le-Duc au carrefour du Moulin-Brûlé… »

« Or, vous constaterez que dans cette loi, il est bien écrit :

« … à 8 kilomètres environ de Verdun ».

« Le « carrefour du Moulin-Brûlé » se situe à 8 kilomètres de la ville de Verdun ».

« C’est un fait historique ».

« La « Voie Sacrée » ne va pas jusqu’à Verdun ».

« J’ai adressé un courrier aux Présidents de la République qui se sont succédés pour faire part de mon mécontentement les :

- 20/09/2010

- 20/11/2010

- 13/02/2011

- 22/05/2012

- 16/11/2012

- 19/02/2013

- 08/04/2013

- 13/08/2013

« Vous reportez au double du courrier ci-joint que j’ai adressé le 6 février dernier au Ministre Kader ARIF »

« J’ai alerté aussi le Sénateur Ministre Gérard LONGUET par courrier les :

- 26/01/2011

- 04/03/2011

- 10/06/2011

- 22/10/2013

- 02/12/2013

« Mes démarches jusqu’à présent n’ont servi à rien ».

« Je constate que » :

« Les mensonges ne gênent pas les hommes politiques, ni les gouvernements ».

« La preuve » :

« Je suis plus que surpris de lire cet article de presse du 7 février dernier, dont je retiens les propos tenus par le Maire de Verdun » :

« Ce que je souhaite c’est que ce texte recueille l’unanimité pour avoir un parallèle avec l’unanimité de 1923 ».

 « Le Maire de Verdun s’appuie en effet sur une loi datée de 1923 qui classait la Voie Sacrée dans le domaine routier national ».

« Cela fait des années que je me bats pour que cet Arrêté ne se transforme pas en loi ; j’ose espérer que vous respecterez celle de 1923 et que vous rectifierez la » :

« Proposition de loi n°391 visant à » :

« Affirmer le caractère intangible de la Voie Sacrée Nationale ».

« Art. L… Sans préjudice des prérogatives de la collectivité territoriale compétente, il est institué l’appellation intangible de « Voie Sacrée Nationale » pour » :

« La route reliant Bar-le-Duc au carrefour du Moulin-Brûlé à 8 kilomètres environ de Verdun ».

« Pour être clair et précis » :

« Remplacer le nom de « Verdun » par : le « carrefour du Moulin-Brûlé à 8 kilomètres environ de Verdun ».

« On ne peut pas célébrer le centenaire de la

Guerre 14/18

en transformant la loi du 30/12/1923 à des fins politiques pour faire plaisir à :

« Arsène LUX, Maire de Verdun »

« Il n’est pas utile de rappeler qu’en 1916 »:

« Les champs de bataille étaient aux alentours de Verdun » :

DOUAUMONT                           BEZONVAUX

ORNES                                       LOUVEMONT

VAUX                                         BEAUMONT

CUMIERES                                 FLEURY

HAUMONT                                ETC

« La ville de Verdun était désertée par ses habitants, la Mairie (Maire, Conseillers municipaux…) s’était installée à Paris.

« LE 20 FEVRIER EST UN JOUR ANNIVERSAIRE ».

« Le 20 février 2014, la proposition de loi n°594 sera examinée en séance plénière à l’Assemblée.

« Or, le 20 février 1916, était décidée à Bar-le-Duc » :

« La création de la Commission régulatrice automobile » :

« Qui va régler et assurer au cours de la bataille de Verdun » :

- « L’ensemble des transports routiers sur l’artère » :

« Sommelonne-Baudonvilliers / Bar-le-Duc / Moulin-Brûlé ».

« J’ai déjà écrit des articles dans la presse, notamment ceux qui sont parus dans le « Journal des Combattants » qui sont titrés » :

« Voie Sacrée : le Maire de Verdun ne dit pas la vérité ! »

« J’ose espérer que non seulement vous ne serez pas celui qui aura transformé à tort l’histoire, mais que je n’aurai pas à écrire d’autres articles en citant votre nom ».

« En attendant de connaître la décision qui sera prise à ce sujet »,

« Je vous prie d’agréer, Monsieur le Député, mes sincères salutations ».

« PJ un double du courrier adressé à Monsieur le Ministre Kader ARIF ».

                                                               C. BOULAY

(Voir suite 6)

 

 

 

Ajouter un commentaire
 
×